Mauritanie : les FPC appellent à la mobilisation des prisonniers de Bir-Moghrein

Presque un mois après le verdict de la cour criminelle de Nouakchott-Ouest , les prisonniers de l'IRA sont transférés en catimini à Bir-Moghrein dans l'extrême Nord du pays contre toute attente de l'opinion publique.

L'UFP dénonce cette violation des règles de compétence territoriale et les FPC appellent à la mobilisation des mauritaniens pour faire barrage à l'autoritarisme du régime de Ould Aziz.L'aveuglement et l'entêtement des autorités de Nouakchott sont sidérants. Pour les observateurs c'est encore une fois un nouveau défi  du gouvernement mauritanien à la communauté nationale et internationale.

Le transfert cette semaine des 13 prisonniers de l'IRA à la prison de Bir-Moghrein dans l'extrême Nord du pays en plein désert du Sahara, une région aride est presque passé inaperçu ou du moins sans tapage médiatique. Ce sont les réseaux sociaux qui ont plus relayé l'information. En première ligne l'UFP de Ould Maouloud  et les FPC de Samba Thiam. Les premiers dénoncent cette violation des règles de compétence territoriale. Pour Lô Gourmo  rien ne justifie la soustraction de la justice mauritanienne à la juridiction d'appel juge naturel du lieu où ils sont supposés avoir commis les faits autrement dit à Nouakchott et non  à Bir-Moghrein. Kaaw Touré appelle les mauritaniens à la mobilisation pour faire barrage à cette double peine. Hier c'était Oualata. Aujourd'hui c'est Bir-Moghrein.

Le porte parole des FPC compare volontiers cette pratique du régime de Ould Aziz à celle que son mouvement a connue  sous le régime de Ould Taya en 86 après la publication du Manifeste du négro-mauritanien opprimé. L'intention des autorités de Nouakchott est claire .Ce sera difficile pour ces prisonniers politiques transformés en bagnards d'échapper à l'aridité de cette région désertique et vraisemblablement au zèle des surveillants et gardiens  de la prison.L'opinion publique est donc piégée. C'est un nouveau défi de Ould Aziz à la communauté nationale et internationale malgré toutes les pressions médiatiques. Seuls des rassemblements forts et réguliers permettront de faire reculer le gouvernement.

 

Bakala Kane

 

(Reçu à Kassataya le 30 septembre  2016)

 

Les opinions exprimées dans la rubrique Tribune n'engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer