Mauritaniens lâchez la banane

Dans certaines contrées africaines, on raconte que pour attraper les petits singes, on pose une cage au fond de laquelle on place une banane attachée à une corde qui commande la fermeture du piège. Quand le petit animal se saisit de la banane, la porte du piège se referme. Désormais la libération de l'animal dépendra de sa décision de lâcher la banane. Ce qu'a priori, la gourmandise aidant, il ne fera jamais.

 

 

Quel rapport entre le piège d'un animal quelque part en Afrique et celui dans lequel se démène notre pays? C'est ce que je vais essayer de vous expliquer.

Quel mauvais sort condamne notre pays aujourd'hui à porter le lourd fardeau qu'il traine comme un boulet au pied? Comment ce pays naguère, terre d'hospitalité, de tolérance, de poésie et de savoir, s'est il transformé du jour au lendemain en référence de tout ce qui est humainement condamnable? : Fer de lance des pays esclavagistes, mauvais élève des droits de l'homme, sanctuaire de la gabegie et de l'injustice. La Mauritanie mérite t elle un tel sort?

Non.

Quelque part quelque chose a mal tourné dans l'histoire de notre pays. Un appât qui ressemblerait à s'y méprendre a cette banane du petit singe, auquel nous nous accrochons et qui nous détruit.

Chacun de nous s'accroche à sa banane.

L'esclave s'accroche à son calvaire et ne veut en sortir. Sortir du giron du maitre est une aventure qui l'effraie. Il a peur de faire un pas dans une liberté que Dieu lui a donnée à l'origine. Il a oublié, ou on lui a fait oublier que le maitre de lui-même est plus fort que le maitre de ceux qui l'entourent.

Le forgeron veut sortir de son état de forgeron. Pourquoi? La question est que lui aussi s'est accroché a sa banane: il veut être l'autre. Celui qui l'a méprisé pendant des générations, celui qui refuse de prier derrière un forgeron. Si seulement ce forgeron savait que parmi les prophètes, il y avait un forgeron. Forgeron, tu ne t'es pas dit que tout ce que nous sommes résulte de nos pensées et que nous sommes ce que nous nous donnons comme valeur? Sais-tu que l'humain ne peut être ce qu'il veut en restant ce qu'il est. Quel imbécile aurait le culot de refuser aujourd'hui de prier derrière le prophète David (psl)? Pourtant il était forgeron.

Le forgeron s'est-il seulement demandé une fois quel honneur il a, à être l'égal de celui qui n'a pas respecté l'égalité des croyants ordonné par Allah ?

N'est-il pas plus simple de lâcher sa banane et de refuser de prier derrière celui qui refuse de prier devant soi? De lui refuser ma fille s'il me refuse la sienne? Traitez les  gens comme ils vous traitent.

Le féodal est parmi les "bananiers", celui qui s'accroche le plus à la banane de sa perte.

Seul le changement est constant. Quand une époque a tourné le dos, s'accrocher a ses règles et a ses lois relève sinon du suicide, du moins d'une folie mortelle. Cet être n'est petit que par la folie des grandeurs qu'il veut entretenir. Il pense grandir par l'affiche d'un orgueil qui le rapetisse aux yeux de ceux qui l'entourent. Sa valeur est tellement négligeable, qu'elle ne dépasse guère les limites de sa vanité et les vapeurs d'une arrogance qui l'auréole d'un dégout qui en repousse ses concitoyens. En mal exploitant sa priorité aujourd'hui, il prépare sa destruction et celle de sa descendance demain. Dans la société, on peut le designer par celui qui perdra en ayant voulu trop gagner. Le "donner" permet toujours de gagner, mieux que le "recevoir".

Les pauvres dirigeants de chez nous sont affublés d'une banane plus costaude, plus indigeste et plus encombrante que toutes les autres. Ils s'accrochent de toute l'énergie du désespoir aux tribus, aux féodaux, aux choses qu'Allah a spécifiquement interdit : le tort et l'injustice. Si tout le monde "soutient" le prophète et brandit "l'Islam", nous tiendront toujours a rappeler et (le rappel profite aux croyants), que celui qui se range aux cotés de Dieu, doit avant tout se plier a ses ordres. "Allah ordonne la justice et la bienfaisance" "et quand vous arbitrez entre les gens, faites le avec équité.". Des ordres clairs de Celui dont l'enfreinte des ordres, conduit a la perdition éternelle. Si les péchés étaient visibles à l'œil nu, beaucoup d'entre nous ne pourraient jamais s'afficher en public, ni se regarder dans un miroir. Un gouvernement soutenu par Allah et par les prières de ceux qui n'ont que les prières, est beaucoup plus fort, plus juste et plus équilibré qu'un autre qui s'équilibre sur les déséquilibres, les torts et les malédictions des opprimés.

Mais celui qui a les mains scellées à sa banane est plus que tout autre, celui qui demande aux hommes, ce qui ne peut être obtenu que du Seigneur des hommes. Se tourner vers Allah est une force inégalable. Si Allah a dit "Et quand mes serviteurs te demandent à propos de moi…Alors je suis tout proche: Je réponds à l'appel de celui Me prie, quand il Me prie. Qu'ils répondent à mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils soient bien guidés."2-186.

Celui qui se tourne vers les hommes pour forcer le destin ou dévoiler les secrets des mystères est un "Mushrik", un associateur. C'est le seul péché qu'Allah ne pardonne pas. "Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui associe et il pardonne ce qui est en deçà pour qui Il veut." Coran. D'ailleurs y a-t-il perte et sottise plus flagrantes que celui qui s'adresse aux hommes quand son Seigneur et Maitre lui a dit" Je suis a coté et je réponds a tes prières."?

Il n'est pas logique que tous les citoyens soient égaux. Allah a dit : "Et nous avions privilégié certain d'entre vous sur d'autres."

Il ya cependant une grande différence entre l'illégalité dans la légalité et la non égalité dans l'illégalité.

Quand le dirigeant après s'être rassasié estime qu'il a quand même laissé 75% des biens au peuple, il oublie que le sous chef n'a laissé que 50% et le sous, sous chef 25%, le sous fifre 5%… arrive une étape de cette distribution immorale des ressources d'un peuple, ou le citoyen a la base ne reçoit plus que les odeurs de cette richesse qui en principe appartient a tout le monde. Ce sont ces relents de l'injustice qui crée la haine et l'animosité entre le sommet et la base. Cette banane là est avariée et bien mauvaise pour l'avenir d'un peuple.

Je répète que la religion ne peut s'accommoder ni de cinéma ni de politique malhonnête.

Il est vital pour l'équilibre d'une nation de mettre les minorités en confiance, de respecter le droit du faible. L'histoire montre qu'à chaque fois ou par une position de force, on force les interdit de Dieu, Il envoie une force au dessus de cette force, pour rappeler qu'Il est le maitre de la force et du partage. Il est clairement mentionné dans le livre: "Allah défend les croyants" Les exclusions illégales sont autant de bombes à retardements qui exploseront inévitablement au visage de celui qui défit les normes de la justice divine.

Enfin beaucoup de Foukaha, sont gênés de dire certaines vérités. Ils pensent ainsi respecter une certaine image de leur société, une certaine allégeance a certaines valeurs, pas en conformité avec les ordres de Dieu. Leur rôle pourtant, et ils le savent est de dire ce qui plait a Dieu. La vérité. Cette banane là est sacrilège, car "Nul ne doit jamais faire plaisir aux humains avec ce qui excite le courroux du seigneur des mondes." Un Alem ne va pas vers les autorités. Ce sont elles qui viennent à lui. Sa bouche ne doit dire que ce qui plait a Celui qui l'a élevé par l'honneur du savoir.

S'accrocher aux privilèges par tous les manèges et toutes les injustices est une bien mauvaise chose. On ne doit pas écarter les enfants du pays pour leurs origines ou leurs opinions. Nous sommes un "tout". Et Allah a prédestiné chacun de nous à un rôle bien précis sur terre nationale. Quand on force les choses pour mettre quelqu'un là ou il ne mérite pas d'être, nous nous affaiblissons par notre propre volonté. Nous aurons des officiers de police qui fuiront devant les bandits, des médecins, assassins qui nourriront les cimetières, des enseignants commerçants qui formeront les générations de la honte et de l'ignorance etc. il fut un passé très proche ou ces graves manquement a la logique, n'affectaient pas notre peuple.

Si le pouvoir doit absolument fonctionner par la bénédiction tribale et que la notion de compétence et de savoir ne représentent plus rien dans le pays, alors il vaut mieux supprimer les slogans creux d'égalité, de justice, de citoyenneté. Dans l'histoire d'autre l'ont fait. Je suis en position de force, je dis  m… au droit. Allah tranchera. Il le fera surement. Il l'a garanti.

Quand on décide d'entasser les parias de l'autre coté avec la ferme volonté de les y maintenir, on construit son présent et son avenir sur une pente raide et abrupte, de laquelle on glissera inévitablement un jour dans les soucis sans fin.

Quel bonheur potable peut on espérer d'ailleurs au dessus de masses humaines humiliées, écartées, méprisées confinées dans le désespoir de ne jamais espérer un espoir?

Y a-t-il un déséquilibre plus précaire ou plus dangereux?

La Mauritanie est plus grande que cela.

Le mauritanien a toujours sacrifié ses biens et sa force pour sa dignité et son honneur. L'inverse est immoral.

L'inverse ouvre la porte a des interventions de non mauritaniens qui ne cherchent pas forcement l'intérêt de chez nous, mais le leur propre et ils ont raison. Si pendant toute cette période de l'indépendance, nous n'avons pas pu mesurer ces richesses qu'Allah nous a donné sans peine, a leur juste valeur; Si nous n' en avons fait que de mauvaises utilisations et si elles ne nous ont apporté que turbulence et perversion, surement nous les perdrons et nous nous perdront avec.

Ceux qui ne font que parler de l'Islam, doivent agir en fonction des préceptes et des recommandations de cette religion. Ceux qui fouillent fébrilement le passé pour relater les épopées de combattants mauritaniens, doivent agir en sorte de mériter d'être les descendants de ces hommes de l'histoire. Si la résistance, Dieu l'accueille en son paradis, a "vaincu" le colon français, essayons a notre tour de "vaincre" nos petitesses et nos déséquilibres immoraux. Sinon inutile de chercher une quelconque relation avec ces héros. Nous risquons de ternir leur image par l'obscurité de nos agissements de peu de gloire.

Lâchez la banane. On ne peut être ce qu'on souhaite être en restant ce qu'on est. Les consciences se sont éveillées. Il est difficile de vendre ses rêves ou ses cauchemars. La Mauritanie est beaucoup plus grande que ces petits calculs.

Inutile d'emprisonner les abolitionnistes, plus ou moins deux ans. Eux même doivent lâcher leur banane. La haine ne casse pas la haine. La haine n'est vaincue que par l'amour et le mépris n'est terrassé que par le respect rendu en retour. L'important est de se convaincre soi même que personne n'est au dessus de nous et que nous ne voulons être au dessus de personne. Cote à cote, ensemble. Aucun au dessus de l'autre. La supériorité de l'autre commence dans les couloirs timides de votre pensée. S'il vous refuse son respect, alors respectueusement privez-le du votre. Dans ce monde il sera éclaboussé par l'incongruité de son acte et dans l'au-delà et d'après le messager d'Allah: "Nul n'entrera au Paradis et qui a dans le cœur un atome d'arrogance.". Mais aidez-le en lâchant la banane des préjugés de la haine et du communautarisme répugnant. Quand la bonne foi s'installe, la prison disparaitra d'elle-même.

La Mauritanie doit lâcher prise. Les temps ont changé. Il est plus profitable de s'enrichir des progrès de l'humanité, que de vouloir entretenir des inégalités, contraire aux enseignements de notre religion. Tort dangereux pour la cohésion de notre peuple, repoussant aux yeux de la communauté mondiale. Une structure unique en son genre qui n'existe que chez nous. Preuve irréfutable de son caractère illogique et destructeur. Vous êtes vous demandé quelquefois que les Abid, les harratins, les forgerons, les znagas, les griots n'existe que chez nous?

Vous êtes vous rendu compte que les peuples autour de nous et qui ne possèdent pas le un millième de nos ressources sont devenu notre exemple à suivre en matière de développement? Avez-vous constaté que nous n'avons plus envie d'envoyer nos enfants a l'école, après nous être heurté a une barrière beaucoup plus forte que le savoir, le tribalisme, l'interventionnisme et l'injustice? C'est une offense à Allah qui a dit: "Allah élève ceux parmi vous qui ont cru et ceux ont eu le savoir à de hauts degrés." Le savoir a-t-il aujourd'hui une quelconque espèce d'importance chez nous? Conséquences à méditer, et graves responsabilités à endosser.

Avez-vous noté le pourcentage de votre vie que vous passez aujourd'hui à vous faire mal les uns aux autres?

En tout cas ce que je nous conseille, a nous tous c'est encore une fois de lâcher la banane, elle est en train de pourrir et de se décomposer, pour éclabousser notre visage et notre destin.

La force est l'arme de ceux qui ont tort. La haine est une machine à victimes. Et celui n'entend pas la vérité, n'a rien compris au sens de la vie.

 

Mohamed Hanefi

Koweït

 

(Reçu à Kassataya le 16 janvier 2015)

 

Les opinions exprimées dans la rubrique Tribune n'engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page