Trajectoire complice des deux Abdel : le général Al-Sissi et le général Al-Zizz…

Le même âge à deux ans près. L’élection de l’égyptien est le dernier cadeau du Ciel à notre général civilisé qui décidément  semble béni des cieux pour avoir une chance pareille même si Dieu seul sait où vous mène tambour battant le vent en poupe car il arrive que c’est pour précipiter votre chute. Toujours est-il que jusque-là machallah, de concours de circonstances en concours de circonstances, tout lui réussit comme tombé du ciel sans coup férir.

De son poste au Basep jusqu’à son élection, tout est un stupéfiant concours de circonstances. Le coup de 2005, fin d’un règne calamiteux sans coup de feu, fait par de jeunes colonels ayant pris le pouvoir au nez des aînés. La transition menée par un homme du passé et du passif, obligé de laisser la place… Puis le marabout élu et ses décrets en papier qui entraînent un coup d’Etat pacifique. Puis la chance d’avoir le chef de l’opposition historique qui cautionne le coup d’état. Puis Kadhafi qui lui apporte un soutien inespéré, sans parler à un moindre niveau de Wade, Bouamatou et ses réseaux qui participent à le rendre présentable à Sarko qui finit par dire que la rue est calme à Nouakchott allant ainsi dans le sens du chef de l’opposition mauritanienne. Puis élu au premier tour face à des opposants laminés démocratiquement qui n’ont rien à rajouter sinon : « Aziz le chimique ». 

Puis la lutte contre le terrorisme gérée d’une main de maître qui lui donne désormais les soutiens des alliés occidentaux. Puis cette balle amie qui en aurait tué mille vu l’estomac troué de partout, mais notre ami le roi s’en sort royalement sans que son absence pendant des mois n’ait en rien perturbé la stabilité du régime, preuve que tout est verrouillé d’une main de maître. Puis l’état calamiteux de la situation politique au Maghreb avec un Maroc hors UA qui fait de lui le candidat par défaut de l’Afrique du Nord car la Mauritanie seule en lice… On peut ainsi multiplier les exemples. 

Afin voilà qu’un général fait un coup d’Etat dans l'un des pays les plus nerveux de la région contre un président démocratiquement élu, fût-il islamiste, puis se fait élire avec un score de république bananière 96% après avoir écrasé dans le sang l’opposition islamiste, un peu comme en Algérie après la victoire du Fils, le tout avec la bénédiction du monde libre, que demander de plus pour un général civilisé qui a aussi déboulonné un président marabout démocratiquement élu et qui lutte contre les islamistes de l’intérieur sans tirer un coup de feu ? Comble de la chance dans ce combat de la dernière heure contre les islamistes, voilà que l’Arabie Saoudite les déclare terroristes, ce qui les refroidit net chez nous.

Il ne manquait plus que la victoire du général Al-Sissi pour ruiner les rêves de notre opposition croyant que leur boycott peut discréditer l’élection du général Al-Zizz. Ce dernier peut aller gaiement à l’élection et en finir au plus vite. Quelle chance incroyable pour un homme dont les puissants ennemis sont obligés au final de baisser les armes même ceux qui se sont sentis trahis.

Quant à L’opposition qui veut sa marche le 4 juin, elle va subir encore une terrible humiliation car elle va montrer l’état de ses troupes qui ne dépassent jamais 10.000 personnes pour une capitale de plus d’un million censée surtout être jusqu’à peu un bastion de l’opposition. L’idée de cette marche est la dernière bêtise de l’opposition qui va se démasquer.

Ainsi, alors que l’on raconte qu’Aziz est mal conseillé pour gérer le pays, on découvre qu’il est en tout cas conseillé à merveille pour tenir le pays. 

L’opposition a été endormie par le droit au blabla et aux marches stériles. Elle est coupée du peuple, de la classe moyenne, elle n’a aucun projet et que des casseroles. C’est une opposition de salon dont le pouvoir virtuel se limite aux communiqués sur internet pendant que le pouvoir lui ne dort pas car c’est un pouvoir dont les barons risquent leur vie tous les jours car au-delà des apparences, ils vivent dans la peur d’un renversement ce qui les tient en alerte quand en face on roupille comme des amateurs or la politique sous des régimes pareils demande une autre étoffe d’homme car il s’agit d’une affaire sérieuse, une affaire de vie ou de mort, réduite chez nous à une affaire de pleureuses sans fin qui réclament le dialogue et dont le seul pouvoir est de ne pas cautionner une victoire inévitable, avec ou sans eux…

 

Vlane A.O.S.A.

 

Source : Chez Vlane (le 30 mai 2014)

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer