Mauritanie : Mint Moulaye Idriss, première candidate pour le fauteuil présidentiel

A moins de deux mois des présidentielles, les mauritaniens ont le choix pour le moment entre quatre candidats dont une femme Lalla Mariem Mint Moulaye Idriss. Originaire du Hodh Echargui elle n’entend pas être une simple figurante face au président sortant Ould Aziz à l’infatigable Ibrahima Sarr et au charismatique anti esclavagiste Ould Abeid.

 

Une première en Mauritanie depuis l’indépendance dans un pays où l’islam est ancré dans les mentalités. Malgré les minces chances de Mint Moulaye Idriss sa candidature ouvre de nouvelles perspectives pour la femme en Mauritanie.

Inattendue mais pas impossible la candidature d’une femme à la plus haute fonction de l’Etat mauritanien. Lalla Mariem Mint Moulaye Idriss a quand même surpris les observateurs et la classe politique. Le contexte de crise politique qui découle d'une absence de dialogue entre le pouvoir et l'opposition s’y prête. Originaire du Hodh Echargui cette jeune cadre n’a rien d’une pasionaria. Pas trop connue jusqu’à cet instant où elle décide de demander les suffrages des mauritaniens. C’est une vraie battante qui veut bien y croire. Une personnalité qui s’est forgée avec une expérience non négligeable dans les ministères de communication, des mines et du commerce et de l’agence mauritanienne d’information.

Une candidate communicante qui révolutionne ainsi le paysage de l’échiquier politique et compte affronter pour le moment en attendant d’autres candidatures le président sortant Ould Aziz le mieux placé pour rempiler un second quinquennat, l’infatigable Ibrahima Sarr ou « OBOMA Mauritanien » et le charismatique anti esclavagiste Ould Abeid. Ce sera une façon pour elle de défier trois poids lourds qui ont une avance sur elle par rapport à l’expérience politique mais Mint Moulaye Idriss peut compter sur le réservoir des voix des femmes et des jeunes. C’est la première fois qu’une femme convoite le fauteuil présidentiel. Cette nouveauté pourrait créer des sympathisants en sa faveur. Malgré les minces chances d’être la première locataire du palais de Nouakchott sa candidature ouvre des perspectives nouvelles pour la femme en Mauritanie qui occupe déjà une place importante au gouvernement de Ould Lagdhaf et au parlement.Elle est présente également dans les collectivités locales dont la première maire de la Communauté urbaine de Nouakchott et récemment dans les chancelleries sans oublier dans les autres rouages de l’Etat.Contrairement au matracage sur le sexe faible la Mauritanie fait exception par rapport à beaucoup de pays arabe et africain.Mais la comparaison s'arrête là parce que le modèle islamique ne permet pas encore à la femme d'accèder aux plus hautes responsabilités de l'Etat.Qu'importe le nombre de voix qu'elle aura le 21 juin prochain mais Mint Moulaye Idriss aura au moins essayé d'avoir contribué à faire porter un nouveau regard sur les femmes dans une République islamique.

 

 

Bakala Kane

 

(Reçu à Kassataya le 29 avril 2014)

 

Les opinions exprimées dans la rubrique Tribune n'engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer