Diplomatie des villes : Jumelage Nouakchott-Dakar-Bamako

C’est chose acquise. Les maires de Nouakchott, Dakar et Bamako avec à leurs têtes, Ahmed Hamza, Khalifa Ababacar Sall et Adama Sangaré sont en passe, à l’issue des conclaves de Dakar et de Nouakchott, de mettre sur pied ce qu’il est convenu d’appeler la diplomatie des villes.

 

 

En tout cas, la présence de 37 maires du Sénégal ainsi que le maire de Bamako à Nouakchott, témoignent de la volonté des élus des trois capitales de lancer une coopération communale basée sur le partenariat ville/ville pour le renforcement des relations multilatérales mais aussi pour sceller des liens séculaires liant ces pays de la sous région et instituer une « la plénière des élus », une instance chargée d’anticiper la réflexion sur les grands enjeux urbains d’intérêts communs.

Les élus locaux de la Mauritanie et du Sénégal ainsi que le maire de Bamako se sont rencontrés dans le cadre d’un jumelage retour conclu entre Dakar et Nouakchott. Ahmed Hamza qui a reçu du 5 au 8 mai dernier, ses homologues du Sénégal et du Mali s’en est réjoui de l’intérêt qu’accorde la partie sénégalaise à ce jumelage. Pour preuve, la présence à cet important évènement du jumelage retour des ministres Abdoulaye Baldé, ministre d’Etat, ministre de l’industrie et des mines, président de l’association des maires du Sénégal, Abdoulaye Makhtar Diop, ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique et Aliou Sow, ministre des collectivités locales et de la décentralisation venus répondre à l’invitation du Président Hamza à l’occasion de ce jumelage retour est révélatrice. Pour Abdoulaye Baldé, ce jumelage est d’autant plus important qu’il profitera aux populations qui sont des facteurs d’intégration sous régionale. « Nous sommes là en tant que ministres pour renforcer cette coopération » a-t-il dit. Pour Aliou Sow, «cette visite est une affirmation d’une amitié fraternité entre les deux pays mais surtout une adhésion du gouvernement sénégalais à ces initiatives allant dans le sens du raffermissement des liens séculaires entre nos deux peuples à travers nos collectivités locales. Que le président de la communauté urbaine de Nouakchott développement une relation de partenariat aussi féconde avec le maire de la ville de Dakar en y impliquant ceux des capitales des pays frontaliers, notamment la Gambie, le Mali et d’autres pays africains et surtout en y associant le Président de l’association des maires du Sénégal en est une bonne chose » a-t-il indiqué. Et de poursuivre : «J’avais marqué lors du jumelage de Dakar l’adhésion du Chef de l’Etat et du Premier Ministre à cette noble initiative ». Pour M. Sow, sa présence à Nouakchott sur invitation de Khalifa Sall et Ahmed Hamza, «est une autre façon de participer au renforcement de ce que nous appelons la diplomatie municipale. Qui mieux que les élus locaux, peut contribuer au raffermissement des liens entre des pays qui n’ont connu jusqu’ici que des frontières artificiellement créées». A en croire le ministre sénégalais des collectivités locales et de la décentralisation, «Ce renforcement de la coopération sud/sud procède également à notre rapprochement de notre idéal d’intégration panafricaine vécue et confirmée par nos gouvernements déjà confirmée par l’adhésion des populations. C’est à partir de ce moment, que les partenaires et amis de l’Afrique se rendront compte qu’il est plus important de faire face à des espaces plus vastes à une mutualisation des efforts et des aptitudes pour davantage être plus convaincus dans leurs mesures d’accompagnement de la construction et du développement de notre continent».

 

«Ce qui est bon pour Dakar est également bon pour Nouakchott».

Récemment, le Chef de l’Etat du Sénégal a mis sur la table plus d’un demi milliard de francs Cfa soit environs 10 millions d’ouguiyas en guise de contribution pour accompagner les maires à l’organisation du sommet sur «l’Africacité ». Ce que le ministre Sow voit comme un acte citoyen car « Le Président Wade n’a pas voulu voir de couleur politique parce qu’il est le président de tous les Sénégalais. Ceci est une particularité sénégalaise qui fait du Sénégal un pays de dialogue, de concorde, de téranga qui ne vit pas ce qui se déroule dans d’autres pays. Nous comptons donc le demeurer parce qu’au Sénégal, les gens se parlent, il n’y a pas de cloisonnement, il n’y a pas de frontières étanches entre camps politiques opposées » a soutenu Aliou Sow.
Les élus locaux de la Mauritanie souhaiteraient que le gouvernement mauritanien voire même le Président de la République en fasse de même pour appuyer le programme des collectivités locales. Car, il n’y a pas mieux que de soutenir ces dernières qui sont plus proches des populations. Le Président Wade avait même promis que l’Etat se substituera aux collectivités locales défaillantes, à partir de 2012, dans la prise en charge des factures relatives à l’éclairage public et à la gestion des ordures ménagères.

Le ticket Nouakchott-Dakar-Bamako

Le Président de la Communauté Urbaine de Nouakchott voit à travers ce jumelage un intérêt plus grand pour les populations de Nouakchott et Dakar. «Dès qu’il y a jumelage, on devient des jumeaux. Nos invités ont visité la ville mais nous allons plus loin dans notre coopération. Quand Dakar a un partenaire, Nouakchott peut l’avoir à travers lui. Maintenant on veut faire un ticket Nouakchott-Dakar-Bamako. Plus tard on va l’étendre à Conakry pour que dans le cadre de l’OMVS on soit uni en tant que membres de cette organisation sous régionale» a indiqué M. Hamza.
Ce jumelage retour dont le thème est «Fraternité et Coopération » a été scellée de commun accord par les deux maires de Nouakchott et Dakar lors du jumelage aller organisé en septembre 2010 à Dakar. La présence des ministres du gouvernement sénégalais de surcroît maires des villes du Sénégal, n’est qu’une manière de renforcer davantage cette coopération. «Si le gouvernement sénégalais ne tenait pas à rehausser ce jumelage, ses ministres ne seraient pas venus » a soutenu M. Hamza. D’ailleurs, il a révélé qu’en juin prochain, «nous irons à Brazza pour nouer un jumelage avec cette ville et créer l’axe Nouakchott-Dakar-Brazza. Ceci pour nouer des relations et faire du lobbying dans le monde et chercher des financements ensemble au niveau de la Communauté Européenne». Mieux si le Sénégal est candidat à un poste quelque part, la Mauritanie va le soutenir et vice-versa. «On va s’entraider et on va chercher un plus pour nos citoyens et les maires comme vous le savez, sont en relation directe avec les citoyens » martelait-il avant d’affirmer que «les populations de Dakar sont Nouakchottoises » et partant, «tous les Sénégalais sont des Nouakchottois».
Le jumelage retour a été sanctionné par une conférence de presse tenue le 8 Mai à la Communauté Urbaine de Nouakchott. Conférence au cours de laquelle les partenaires sont revenus sur les points saillants de la rencontre. Une déclaration conjointe a été rendue publique à cet effet. Les maires du Sénégal et de la Mauritanie sont d’accord pour la mise en place d’une plateforme de réflexion, de concertation, de dialogue qui tourne autour des grands enjeux d’intérêt commun, la consolidation du processus d’intégration sous régionale voire africaine par les collectivités elles-mêmes, tout comme l’organisation des réunions périodiques pour la programmation et l’évaluation des actions de jumelage – coopération déjà effectués. Dans la perspective de l’organisation du sommet « Africacités 2012 » les élus soutiendront à leur manière cet évènement prévu en décembre 2012 à Dakar.
Compte rendu Ibou Badiane

Abdoulaye Baldé reçu par la communauté casamançaise
En marge de la rencontre des maires de Mauritanie, du Sénégal et de Bamako, le ministre d’Etat, ministre de l’industrie, M. Abdoulaye Baldé a rencontré dans la matinée du 7 mai, la communauté casamançaise avec qui il s’est entretenu sur les questions touchant le développement de la région naturelle de la Casamance en proie à une rébellion armée depuis maintenant 30 ans. La rencontre s’est déroulée en présence des membres de son cabinet, notamment Malick Sonko, Marie Binta Badji, Moussa Kouyaté et M. Dia.
C’est d’abord les représentants de cette communauté de prendre la parole pour saluer le ministre et sa délégation avant de poser les problèmes de la communauté casamançaise qui tournent autour de la recherche de soutien pour les femmes dont la plupart, sont des domestiques. Ce qu’a appuyé le notable Sidy Haidara qui a sollicité l’intervention du ministre pour assister ces femmes.
Dans sa réponse, le ministre Baldé a tout d’abord fait l’exposé des réalisations effectuées pour la ville de Ziguinchor où il le maire avant de rassurer ses compatriotes de son soutien aux populations du Sud Sénégal mais aussi des femmes casamançaises établies en Mauritanie. Toutefois, il a exhorté les membres de la communauté de continuer à vivre dans l’harmonie, la droiture et l’assiduité au travail. Des vertus connues de cette communauté et auxquelles le Président Ahmed Hamza avait fait allusion lors de l’accueil à l’aéroport de Nouakchott. Car, les membres de la communauté casamançaise se sont mobilisés comme d’habitude pour accueillir leur maire de surcroît ministre d’Etat, ministre de l’industrie qui ne ménage aucun effort pour les assister. D’ailleurs, les femmes qui préparent la fête des mères le 29 mai prochain et une Kermesse ont reçu une subvention de 500.000F cfa soit 250.000 ouguiyas.

Ibou Badiane

Source  :  Tahalil Hebdo le 10/05/2011

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer