Meeting de la CPM à Arafat : « L’opposition est incapable de tenir un discours direct envers les populations »

Meeting de la Majorité mercredi, suivi jeudi de celui de l’Opposition, la mobilisation des militants n’a pas été de tout repos dans les deux camps.

 

Hormis que chacun a déployé ses moyens pour pouvoir battre le record de l’affluence, les tribunes ayant simplement servi de crachoir pour se renvoyer la patate chaude.

La Coalition des Partis de la Majorité présidentielle avait prévu de tenir meeting à Arafat mais dès le retour du président de la république du Tchad, le programme change le lieu du meeting alors que la sensibilisation des militants des différents partis membres de la CPM avait déjà donné l’endroit où devait se tenir la manifestation à Dar Naim. Le choix de Mohamed Ould Abdel Aziz était porté sur Arafat. Il a fallu des efforts surhumains aux organisateurs pour rectifier. Ce qui n’a pas été facile mais les organisateurs aidés du bouche-à-oreille, des téléphones portable, des SMS et des Sites électroniques en ligne, ont tant bien que mal relevé le défi de l’urgence et de l’improvisation. Affluence au top ou pas, c’est selon, le meeting de la CPM s’est tenu près de l’Institut « Iqraa » de Arafat. Outre le Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, beaucoup de ministres de son équipe gouvernementale, de hauts fonctionnaires, de directeurs de société, de cadres de l’administration et autres laudateurs bien connus de la république ont répondu à la mobilisation. Il faut l’avouer, au regard des hommes et du brouhaha en ces lieux, il était difficile de dire que le Prds est mort. Ce sont les mêmes figures des années de braise de Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya que l’on croisait ici ou là, comme si de rien n’était, faire les éloges du nouveau maître des lieux.

M. Mohamed Yahya Ould Horma, 1er vice président de l’Union pour la République (UPR), Mme Mintata Mint Hideid, secrétaire générale du parti républicain pour la démocratie et le renouveau (PRDR), M. Kane Hamidou Baba leader du Mouvement Pour la Refondation, M. Oumar Ould Mattalla, secrétaire général de l’UPR entre autres, se sont attelés tour à tour à faire le bilan des réalisations du chef de l’Etat. Ould Horma a exposé la vision du président des pauvres pour dire qu’elle a pour fondement « l’édification d’un Etat moderne, démocratique avec une économie forte qui réalise la justice au profit de ses concitoyens, lutte contre la gabegie, rationalise la gestion des deniers publics et les utilise à bon escient ». A l’actif de ses grandes réalisations, Il a cité le dialogue avec l’opposition qui, a-t- il affirmé, a commencé à se rétrécir au moment où la majorité s’élargit tout en souhaitant la bienvenue aux partis « Adil » et l’Alliance pour la Justice et la Démocratie/Mouvement pour la Rénovation qui viennent de rejoindre la majorité. Il a invité l’opposition à jouer son « rôle positif « au lieu de s’en tenir « aux surenchères ». En outre, il a indiqué que « l’économie a enregistrée l’année écoulée d’importants progrès- reconnus par tous- rappelant au passage que le taux de croissance de 5,5 % réalisé par la Mauritanie confirme la reprise économique. Un taux considéré des meilleurs dans la sous région africaine, capable d’ouvrir la porte à de nouvelles opportunités d’emploi dont des milliers ont été créés ». Selon Ould Horma, « le chiffre d’affaires de la SNIM a atteint cette année plus d’un milliard de dollars américains, faisant remarquer la montée des prix sur le plan mondial, prix dit-il qui ont atteint des niveaux très élevés de l’ordre de 140%. Ould Horma n’a pas également manqué de rappeler que le gouvernement a adopté une politique de limitation du coût de la vie, par des subventions de plusieurs milliards d’ouguiyas et la planification d’une stratégie d’appui à la production locale qui, a-t-il espéré, donnera des résultats probants dans les plus brefs délais. Toujours à en croire le numéro 2 de l’UPR, le gouvernement va œuvre rapidement à réduire les prix, par le biais de l’exonération des taxes sur les produits de base, en particulier le riz, qui est exonéré des taxes douanières. Aussi Ould Horma a-t-il évoqué l’opération Ramadan dans son intervention pour dire dont l’organisation s’inscrivait dans la politique du gouvernement visant à améliorer les conditions de vie des citoyens, soulignant que l’opposition utilise de manière non innocente la hausse des prix, au même moment où elle est convaincue de l’existence de réalisations concrètes bien appréciées par les populations, indiquant que l’actuel meeting illustre parfaitement que ces citoyens sont satisfaits de ces acquis. Il a conclu par marteler que « l’opposition est incapable de tenir un discours direct envers les populations, précisant qu’elle préfère désormais se servir des sites électroniques à travers ses angles « ivoiriens ».

A sa suite, Mme Mintata Mint Hedeid a, pour sa part, indiqué que les réalisations du pouvoir ont porté jusqu’ici sur l’amélioration des conditions de vie des citoyens, sur l’intérêt accordé aux franges les plus démunies, ainsi que sur la lutte contre la gabegie. Quant au président du Mouvement pour la Refondation, M. Kane Hamidou Baba, il a souligné que « si la cadence des acquis effectivement réalisés dans le cadre de l’exécution du programme électoral du Président de la République se poursuit au rythme que l’on connaît actuellement, la Mauritanie sera dans quelques courtes années, l’un des Etats les plus développés et le plus prospères de la sous-région, appelant tous les citoyens à se rallier avec le pouvoir pour concrétiser sur le terrain de la réalité son ambitieux projet de société pour la nouvelle Mauritanie.
M. Oumar Ould Mattalla, secrétaire général de l’UPR lui, a demandé à l’opposition de reconnaître au Président de la République d’être le premier à livrer une véritable guerre contre la gabegie dans le pays depuis son indépendance, soulignant au passage de sa conviction de la nécessité démocratique avec l’existence d’une majorité qui gouverne et une opposition qui critique et qui surveille, le Président aspire à une opposition forte qui critique l’action du gouvernement et contribue par delà, à la lutte contre la mauvaise gestion, conditions qui, selon lui, ne sont pas toutes réunies dans l’opposition actuelle qui oeuvre seulement à participer au pouvoir. Ainsi soulignera t-il la responsabilité de l’opposition dans tous les dossiers relatifs à la gabegie au cours de la période écoulé précisant que parmi elle, se retrouvent des responsables du gaspillage des deniers publics que l’Etat, actuellement, s’attelle à rembourser.
A noter que plusieurs autres leaders de la coalition des partis de la majorité avaient pris la parole pendant ce meeting, louant le soutien du gouvernement à la subvention les prix des denrées, qui selon eux, enregistrent une hausse mondiale ayant dépassé tous les prévisions.

Synthèse, Moussa Diop

Source  :  Le Quotidien de Nouakchott le 16/01/2011

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer